Compressions budgétaires dans les centres jeunesse

Pour la FSSS-CSN, un moratoire est nécessaire pour préserver les services aux jeunes vulnérables

30 janvier 2014

Des représentant-es de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) se sont rassemblés ce midi devant les bureaux du Ministère de la Santé et des Services sociaux pour exiger que le gouvernement trouve une solution aux problèmes causés par les compressions budgétaires dans les centres jeunesse. Pour la FSSS-CSN, les impacts qu’entraînent les compressions sur les services aux jeunes et leurs familles rendent nécessaire la mise en place d’un moratoire sur les coupes.

Un moratoire est nécessaire

La FSSS dénonce depuis plusieurs mois l’impact des compressions sur les services aux jeunes et leurs familles dans les centres jeunesse. Ces compressions prennent des formes diverses et vont jusqu’à la fermeture insensée de services au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ce qui prive des jeunes de services spécialisés dont ils ont grand besoin. Dans un tel contexte, les travailleuses et travailleurs peinent à maintenir le bassin de services alors qu’ils vivent de plus en plus de pression au travail. « Nous avons remarqué que les intervenant-es vivent des situations de détresse qui prennent plusieurs formes inquiétantes : augmentation des absences maladie, augmentation de la consommation de médicaments et hausse des taux de roulement. Quand près de 60 % des nouveaux intervenant-es quittent après un an dans certains centres jeunesse, c’est qu’il y a un problème sérieux », explique Line Beaulieu, vice-présidente de la FSSS-CSN.

Pour la FSSS, il est grand temps d’agir pour préserver les services aux jeunes. Les impacts des compressions sont si importants que la Fédération demande au gouvernement d’implanter un moratoire sur les coupes. « Nous sommes maintenant persuadés que les travailleuses et travailleurs n’ont plus les moyens d’assurer de manière adéquate le développement des enfants dont ils ont la responsabilité. Les compressions ont des impacts sociaux sur le développement de jeunes qui ont grand besoin de notre soutien. Un moratoire nous permettrait de prendre acte de ces impacts et de réfléchir à des solutions avec le gouvernement », poursuit Line Beaulieu.

Quel avenir pour les jeunes vulnérables au Québec?

La fermeture du gouvernement sur nos demandes nous amène à nous demander quel avenir attend les jeunes vulnérables au Québec. « Par le passé, le Québec a pris la décision de donner un coup de main aux jeunes vulnérables afin de leur assurer un bel avenir. Ils ont la vie devant eux et nous avons la responsabilité collective de les supporter. Les compressions successives nous éloignent de plus en plus de cet idéal et entraînent une réduction progressive de la qualité et de la quantité de services. Pour nous, il est grand temps de donner un coup de barre avant que la situation ne s’empire », avance Line Beaulieu.

La FSSS considère que le moment est venu de tenir des états généraux sur la situation des enfants et des jeunes vulnérables au Québec. C’est pourquoi nous interpellerons différents partenaires dans les mois à venir afin de faire de cette question un enjeu pour notre société.

À propos

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte plus de 125 000 membres dans les secteurs privé et public. La FSSS est la plus grande organisation syndicale du secteur de la santé et des services sociaux. La FSSS-CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

INFORMATIONS

Date : 30 janvier 2014
Source : Fédération de la santé et des services sociaux – FSSS-CSN
Renseignements : Hubert Forcier
Communications – FSSS-CSN
514 209-3311

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article...