INFO-NÉGO FEESP-CSN (scolaire) #1

NÉGOCIATION SECTORIELLE

Novembre 2014

NÉGOCIATION SECTORIELLE

Le 30 octobre dernier, le comité de négocia- tion du Secteur scolaire a déposé les cahiers de revendications pour le renouvellement des conventions collectives francophone et anglophone. Voici, en résumé, ce dont il est question dans chacune des six cibles qu’ils contiennent.

Surcharge de travail, santé et efficacité

Le Secteur scolaire est très préoccupé par les effets dévastateurs de la surcharge de travail. Le stress, tout comme la fatigue qui en découle, mine le moral des personnes salariées et affecte grandement la qualité de vie au travail. Aussi, impossible de ne pas conclure que l’efficacité s’en trouve diminuée et que le service à la clientèle, qu’il soit directement auprès des élèves ou ailleurs dans l’organisation, n’est pas optimal. Par conséquent, tout doit être mis en œuvre pour éviter les surcharges de travail.

Organisation du travail et mouvements de personnel

Diverses conditions de travail peuvent être améliorées au profit de tous dans une perspective d’organisation efficiente du travail. On pense ici aux affichages de poste, aux exigences particulières, aux séances d’affectation, autant de situations qui sont sources de nombreuses récriminations de la part du personnel de soutien.

Statut et précarité d’emploi

La précarité d’emploi de plusieurs de nos membres est préoccupante. La proportion des postes réguliers qui n’ont pas droit à la permanence est de plus en plus grande. Plusieurs de nos revendications visent à faire en sorte qu’il y ait plus d’heures aux postes réguliers et que les séquences de remplacement laissent une meilleure place aux personnes régulières. Évidemment, nous souhaitons utiliser la réflexion faite dans le cadre des travaux prévus à l’annexe 21, afin de rapatrier une partie du travail offert à la sous-traitance. La location et le prêt de salles sont aussi visés comme un moyen de récupérer du travail pour nos membres.

Sécurité sociale et autres avantages

La principale revendication de cette cible concerne l’assurance salaire. Nous souhaitons faciliter les procédures de désignation du troisième médecin par l’installation, dans la convention collective, d’une liste de médecins spécialistes. Aussi, plusieurs conditions de travail pourraient être améliorées et nous procurer des avantages non négligeables. Pensons, par exemple, aux vacances, au temps à reprendre, aux vêtements et aux uniformes.

Défense des droits et représentation

La première responsabilité d’un syndicat est évidemment la défense des intérêts de ses membres. C’est une responsabilité parfois difficile à supporter au quotidien, car la judiciarisation des dossiers et le devoir de représentation des membres exigent des représentants syndicaux un dévouement constant et une expertise grandissante. Il est grand temps que le personnel de soutien soit plus que consulté lorsque vient le temps de parler de la nature de son travail et des descriptions de tâche qui sont les siennes.

Plan de classification

Malgré le fait que le plan de classification ne puisse officiellement faire l’objet d’une négociation en vertu de la loi 37, il n’en demeure pas moins qu’il est la source de nombreuses récriminations de la part des membres. C’est pourquoi nous proposons d’inclure des demandes sectorielles à ce sujet. À cet effet, nous souhaitons la création de certaines classes d’emploi et la révision de certaines autres, mais surtout, nous désirons ardemment introduire dans notre convention collective un comité national des emplois. Il est temps que le rôle du personnel de soutien de l’éducation ne se limite plus à une simple consultation lorsqu’il est question de l’essence même de son lien d’emploi avec une commission scolaire, soit les classes d’emploi qui sont les siennes.

Votre comité de négociation :
Debbie Crawley, vice-présidente à l’information
Franco Fiori, conseiller syndical
Danielle Beaulieu, présidente
Annie Charland, vice-présidente aux régions
Robert St-Louis, vice-président aux finances
Louis Langlois, secrétaire général



Le 30 octobre marquait aussi le lancement des actions du Front commun 2015. Plusieurs centaines de manifestantes et de manifestants se sont rassemblés devant l’Assemblée nationale pour appuyer les porte-parole des organisations membres du Front commun, venus présenter au Conseil du trésor leurs revendications en vue du renouvellement des conventions collectives du secteur public. Au même moment, dans l’ensemble des établissements où travaillent les salarié-es du secteur public, de nombreuses actions ont été tenues afin de sensibiliser les employeurs locaux aux demandes de négociation du Front commun.


Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article...