Le quotidien de la grève #07

Le secteur public – un modèle de solidarité

9 novembre 2015

Le secteur public – un modèle de solidarité

Un mot de Jacques Létourneau, président de la CSN

Durant toutes ces années que j’ai passées à militer au sein du mouvement syndical, j’ai été témoin de franche camaraderie, de sourires contagieux, de bras ouverts, de poings levés, de grands élans de solidarité. Mais je n’ai jamais rien vu de comparable à la grève des travailleuses et des travailleurs du secteur public qui a lieu ces jours-ci.

Un mouvement exemplaire par sa force, par sa détermination et surtout, par sa solidarité. Pensez-y un instant : on parle ici de plus de 400 000 personnes occupant plus de 450 types d’emplois. Ce sont des professeurs de cégep qui militent aux côtés des infirmières, des ouvriers spécialisés qui militent aux côtés des technologues spécialisés en radiologie, des secrétaires d’école qui militent aux côtés des préposés aux bénéficiaires… et j’en passe! Cette union n’est pas toujours facile, j’en conviens. Mais nous croyons qu’elle reste nécessaire pour contrer les attaques idéologiques de ce gouvernement. Je ne le dirai jamais assez, une solidarité exemplaire!

Et c’est cette solidarité que nous devons entretenir pour répondre avec force et énergie au manque de respect de Messieurs Couillard et Coiteux. C’est cette solidarité qui nous permet de continuer à nous battre pour exiger des conditions de travail acceptables qui nous permettront d’offrir des services accessibles et de qualité pour la population. C’est cette solidarité qui devient contagieuse et qui nous permet d’avoir l’appui des Québécoises et des Québécois.

Parce que c’est aussi de cela qu’il s’agit : une solidarité sans limites qui se transforme en mouvement collectif. J’étais avec vous sur les lignes de piquetage durant les dernières semaines, et j’y serai encore jusqu’à la fin. Jamais je n’ai entendu un appui aussi fort des passants, qui nous le témoignent en klaxonnant ou même en s’arrêtant pour échanger avec nous. Ce que nous disent les gens, c’est qu’ils comprennent l’importance de notre lutte. Ils comprennent que nous nous battons pour maintenir des services publics accessibles et de qualité et que, pour y arriver, nous devons améliorer les conditions de travail des travailleuses et des travailleurs qui y sont dévoués.

C’est cette solidarité qui porte notre mouvement, qui détermine notre rapport de force. Camarades, cette solidarité nous devons l’entretenir, la chérir, l’alimenter.

Camarades, solidarité!

Jacques Létourneau
Président de la CSN

FICHIERS À TÉLÉCHARGER...

Pin It on Pinterest

Share This

Partagez cet article...